Assurance sur la mort

Double Indemnity

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Assurance sur la mort
Titre en VO
Double Indemnity
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Billy Wilder, Acteurs, Fred MacMurray, Barbara Stanwyck, Edward G. Robinson, Porter Hall, Jean Heather, Tom Powers, Richard Gaines
Genre(s)
Film noir, Policier / Crime
Thématiques
D’après James M. Cain, Agents d'assurances, Escrocs, Femmes fatales, Manipulations, Contre-emploi d'acteurs, Compositeur Miklós Rózsa, Films de 1944
Pays de production
États-Unis
Année (copyright)
1944
Durée
1 h 45 min
Résumé
Un agent d'assurances tombe sous le charme d'une femme qui le convainc de soutirer une assurance vie à son mari, puis de l'assassiner et de partager le pactole.
IMDB

Mon avis

“Le plus grand film jamais réalisé”, selon Woody Allen. Sans aller jusque-là, on peut facilement admirer ce pur classique du film noir, avec une femme fatale et manipulatrice, un brave type qui se laisse abuser, un scénario qui mêle sexe et argent, qui suinte l’échec et l’ironie, un flash-back, un noir et blanc très contrasté. Tout cela servi par Billy Wilder. La grande classe. Et c’est aussi une renaissance du genre, en 1944, après des années de guerre où les films noirs avaient cédé la place aux films plus patriotes et positifs. Au même titre que Le Facteur sonne toujours deux fois, cette œuvre est tirée d’une nouvelle de James M. Cain. Les deux textes avaient d’ailleurs été stigmatisés par le Code Hays pendant des années, avant que la censure ne se relâche. Mais ce n’est pas Cain lui-même qui a écrit le scénario d’Assurance sur la mort, pour des raisons de contrat et d’exclusivité avec un studio. Wilder a fait appel à un autre écrivain, Raymond Chandler, dont on dit qu’il n’aimait guère le cinéma, ou tout du moins qu’il ne s’intéressait qu’aux atmosphères et peu aux récits. En témoignent Le Faucon maltais ou Le Grand Sommeil dont les intrigues ne sont pas des plus limpides… Cela dit, pour ce film, Chandler a dû faire un petit effort, parce que la mécanique narrative est sacrément bien huilée. Et côté casting, c’est la première fois que l’on confiait des rôles de meurtriers à deux stars (Barbara Stanwyck et Fred MacMurray), habituées jusqu’ici aux personnages sympathiques.
Musique : Miklós Rózsa.

Frédéric Viaux (film vu le 12/02/2008)

Votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *