Ema

Ema

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Ema
Titre en VO
Ema
Année (copyright)
2019
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Pablo Larraín, Acteurs, Mariana Di Girólamo, Gael García Bernal, Mariana Loyola, Santiago Cabrera, Paola Giannini, Giannina Fruttero, Josefina Fiebelkorn, Paula Luchsinger, Paula Hofmann, Catalina Saavedra, Cristián Suárez
Genre(s)
Drame, Amour, Érotisme
Thématiques
En avoir ou pas (des enfants), Enfants adoptés, Couples en crise, Danse et danseurs, Juste un prénom, Let's talk about sex, Manipulations, Regards sur le Chili, Catharsis, Trash, Films de 2019
Pays de production
Chili
Durée
1 h 45 min
Résumé
Un couple. Ema, danseuse. Gaston, chorégraphe. Ils se déchirent autour d'une adoption qui a mal tourné. L'enfant, violent, a été rendu à l'assistance publique puis placé dans un autre foyer. Ema va faire en sorte de retrouver un lien avec cet enfant...
IMDB

Mon avis

Un film sur la liberté d’expression corporelle au sens large (artistique, sexuelle, sociale…). Tout empreint d’audaces et de fulgurances. L’histoire a quelque chose des tragédies classiques (dans son côté moralement transgressif, dans ses manipulations, dans le canevas familial qui se trame), tout en étant très moderne. La sensibilité exacerbée y est incandescente, tout en faisant froid dans le dos parfois. La narration, fragmentée, fascinante, inconfortable, avance par bribes d’amours cruelles, d’instinct maternel meurtri, de désirs fous, de danses cathartiques. Et tout passe par le personnage central, personnage irradiant. Portrait de femme complexe, contradictoire, sans limite. Servi par une actrice, Mariana Di Girólamo, qui magnétise l’écran comme on a rarement vu. Ses regards et sa gestuelle. Son androgynie troublante. Son côté instinctif et calculateur à fois. Son effronterie. Cette histoire d’émancipation féminine, intense et chaotique, se déploie dans un Valparaiso électrique, joliment capté, et dans un environnement sonore très travaillé (bande son de Nicolas Jaar). Le bouchon est probablement poussé un peu loin à la fin, dans un registre de mélodrame trash. Mais le film demeure une expérience unique, mémorable.

Frédéric Viaux (film vu le 18/09/2020)

Photo et bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.