Excalibur

Excalibur

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Excalibur
Titre en VO
Excalibur
Année (copyright)
1981
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur John Boorman, Acteurs, Nigel Terry, Nicol Williamson, Helen Mirren, Nicholas Clay, Cherie Lunghi, Robert Addie, Paul Geoffrey, Gabriel Byrne, Katrine Boorman, Keith Buckley, Corin Redgrave, Liam Neeson, Patrick Stewart, Ciarán Hinds
Genre(s)
Fantasy / Merveilleux, Action / Aventure
Thématiques
Légendes, Moyen Âge, Magie et magiciens, Sorcières et sorciers, Métamorphoses, Fétichisme, Romans d'apprentissage - récits initiatiques, Rois et reines, Chevaliers de la Table ronde, Trios amoureux, Adultères, Inceste, Châteaux, Aimé par Martin Scorsese, Films de 1981
Pays de production
Royaume-Uni,  États-Unis
Durée
2 h 20 min
Résumé
C'est au roi Uther que Merlin l'Enchanteur a remis Excalibur, l'épée magique, en l'engageant à unifier le royaume. La tentative d'unification tourne court quand Uther s'éprend d'Igrayne, l'épouse du duc de Cornouailles, et demande à Merlin d'exaucer son vœu : passer une nuit avec la belle. Merlin accepte en échange de la promesse de se voir confier le fruit de cette rencontre. Il donne alors au roi l'apparence du duc, lui permettant d'assouvir son désir. Et revient quelques mois plus tard chercher un enfant baptisé Arthur...
IMDB

Mon avis

Voilà un film qui a très, très mal vieilli. Ce pot-pourri des romans de chevalerie, assemblé dans une certaine confusion et avec des raccourcis confondants, atteint des sommets de kitscherie en matière de réalisation et d’interprétation. À tel point qu’on se demande s’il ne s’agit pas d’une parodie à la façon du Sacré Graal des Monty Python. Mais non. Outre quelques blagounettes ironiques de Merlin, ça se prend très au sérieux. Et c’est ridicule. Brumes et lumières phosphorescentes. Musique pompière. Scène de sexe magistrale, sur fond de cheminée flamboyante, entre un homme en armure et une femme nue. Combats d’une balourdise incroyable. Personnages qui n’arrivent pas à parler sans crier. Éloquence terriblement grandiloquente de Merlin. Fadasserie de Lancelot. Et multitude d’aventures, guerrières ou sentimentales, exacerbées. Bref, sacré nanar.

Prix de la meilleure contribution artistique au festival de Cannes 1981 (!).

Frédéric Viaux (film vu le 15/08/1997, revu le 28/08/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *