Juste avant la nuit

Juste avant la nuit

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Juste avant la nuit
Titre en VO
Juste avant la nuit
Année (copyright)
1971
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Claude Chabrol, Acteurs, Michel Bouquet, Stéphane Audran, François Périer, Jean Carmet, Dominique Zardi, Henri Attal, Paul Temps, Daniel Lecourtois, Clelia Matania, Michel Duchaussoy
Genre(s)
Drame, Policier / Crime
Thématiques
Adultères, Sadisme ou masochisme, Culpabilité, Rédemptions, Critiques de la bourgeoisie, Films de 1971
Pays de production
France,  Italie
Durée
1 h 45 min
Résumé
Au cours d'un petit jeu sadomaso, Charles Masson tue sa maîtresse qui n'est autre que la femme de son meilleur ami. Rongé par la culpabilité, ce bon bourgeois va révéler son crime à son entourage (sa femme, son meilleur ami) et recevoir, contre toute attente, une forme d'absolution. Absolution qui ne lui permet pas de trouver la paix de l'esprit. Au crime il manque le châtiment...
IMDB

Mon avis

C’est l’un des films les plus troublants de Claude Chabrol. Pas le meilleur (rythme un peu lent, mise en scène et esthétique plutôt plan-plan), mais l’orientation du scénario a de quoi surprendre. D’abord, la situation criminelle classique est ici inversée, puisque le meurtrier ne cherche pas à cacher son crime mais à le faire connaître et condamner. Ensuite, Chabrol développe une belle ambiguïté en sondant son terrain social de prédilection, celui de la bourgeoisie française. Il brosse le portrait d’un bourgeois tiraillé entre différentes aspirations, les siennes et celles de son milieu, contradictoires et paradoxales, douloureuses et fatales. Sur un plan personnel, ce Charles Masson fait le grand écart entre l’expression de pulsions destructrices, dans le cadre d’un amour extraconjugal, et un impérieux désir d’ordre moral, que l’on peut penser tout empreint de culture catholique. Un besoin autodestructeur de pénitence et de rédemption. Cette trajectoire tourmentée est placée sous le signe de la souffrance et du plaisir mêlés : des jeux de l’amour SM au dolorisme de la quête du châtiment. Mais au-delà de ce cas de conscience individuel, le vrai nœud du drame se noue à une autre échelle, au niveau collectif. Car l’ordre moral qui hante tant le personnage principal s’oppose à un ordre social. Un ordre bourgeois qui peut tout accepter sous le sceau du secret et de l’hypocrisie, si l’on n’égratigne pas le vernis des apparences et de la respectabilité, si l’on ne déstabilise pas ce qui est confortablement établi.

Tout en pesanteur psychologique, impitoyable dans son dénouement, Juste avant la nuit constitue peut-être la critique la plus implacable du réalisateur contre le monde bourgeois. Le film est porté par l’intensité et la subtilité du jeu de Michel Bouquet. La composition de Stéphane Audran, quant à elle, fait froid dans le dos. Enfin, on note l’apparition non créditée de Michel Duchaussoy qui était, deux ans plus tôt, l’acteur principal de Que la bête meure, du même Claude Chabrol.

Frédéric Viaux (film vu le 17/02/2007)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *