L’Année dernière à Marienbad

L'Année dernière à Marienbad

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
L'Année dernière à Marienbad
Titre en VO
L'Année dernière à Marienbad
Année (copyright)
1961
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Alain Resnais, Acteurs, Delphine Seyrig, Giorgio Albertazzi, Sacha Pitoëff
Genre(s)
Expérimental, Drame, Amour
Thématiques
Lion d'or au festival de Venise, Alain Robbe-Grillet et le cinéma, Aimé par Martin Scorsese, Aimé par Akira Kurosawa, Objets filmiques non identifiés, Châteaux, Hôtels, Vide existentiel, Trios amoureux, Séduction (chats et souris), Adultères, Entre rêve et réalité, Films de 1961
Pays de production
France,  Italie
Durée
1 h 30 min
Résumé
Dans un château-hôtel immense, luxueux, baroque, quelques mondains se reposent, bavardent, jouent, assistent à des représentations théâtrales ou se promènent dans les allées géométriques du parc. Parmi eux, un homme à l'accent italien se rapproche d'une femme brune, mariée, et commence à évoquer leur relation de l'année précédente. La femme dit ne se souvenir de rien. L'homme insiste, égrène ses propres souvenirs, donne des détails, imagine ce qui s'est passé dans les moments incertains, imagine peut-être tout...
IMDB

Mon avis

Chef-d’œuvre d’intelligence et d’audace expérimentale pour les uns, coquille au formalisme désuet, vide ou absconse, pour les autres, ce film a beaucoup divisé lors de sa sortie et continue de diviser. Après avoir sollicité Marguerite Duras pour le scénario de son précédent long-métrage, Hiroshima mon amour, Alain Resnais s’est tourné vers Alain Robbe-Grillet pour le scénario de celui-ci. Scénario très “Nouveau Roman”, donc. Monologues incantatoires, descriptions détaillées du quotidien, répétitions et variations, jeux sur la réalité et l’imaginaire. Pas de dramaturgie classique. Pas de certitudes narratives pour le spectateur. Mais un dispositif mental où l’on entre, ou pas. Un dispositif ouvert aux conjectures et interprétations multiples. Où il est question de vide existentiel, de séduction, d’amour, des choses du conscient et de l’inconscient… Pour peu que l’on soit intrigué et pas rebuté d’entrée, pour peu que l’on accepte un temps d’adaptation, alors on peut goûter, de plus en plus au fil des minutes, le charme unique de ce film, la cohérence totale de cette expérience de cinéma. On peut apprécier sa qualité littéraire, son rythme envoûtant, sa langueur trouble, inquiète ou passionnée, son orchestration minutieuse, ses travellings d’une élégance folle, sa poétique des espaces, son dédale d’images et de sons via un montage déroutant, son noir et blanc magnifique… Mais aussi son esprit de construction, déconstruction, reconstruction, entre passé, présent, futur. Et surtout sa volonté de sortir de l’inertie et du vide. Cela semble être à la fois la volonté du personnage de l’homme à l’accent italien et celle du réalisateur, Alain Resnais, pour ce film, pour tous ses films d’ailleurs. Sortir des sentiers battus, aller vers l’inconnu, accepter de se perdre pour mieux se trouver ou trouver l’objet de ses désirs. C’est toute la beauté de cette écriture filmique inédite, mystérieuse et fascinante.

Lion d’or au festival de Venise 1961. Ce film a par ailleurs lancé la carrière au cinéma de Delphine Seyrig, auparavant actrice de théâtre, et permis à Volker Schlöndorff de se faire la main en tant que second assistant réalisateur.

Frédéric Viaux (film vu le 08/12/1996, revu le 11/04/2021)

Votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *