L’Invraisemblable Vérité

Beyond a Reasonable Doubt

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
L'Invraisemblable Vérité
Titre en VO
Beyond a Reasonable Doubt
Année (copyright)
1956
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Fritz Lang, Acteurs, Dana Andrews, Sidney Blackmer, Joan Fontaine, Barbara Nichols, Philip Bourneuf, Arthur Franz, Edward Binns, Robin Raymond, Dan Seymour, Shepperd Strudwick
Genre(s)
Policier / Crime, Thriller, Film noir
Thématiques
Peine de mort, Écrivains (romanciers - dramaturges - poètes), Manipulations, Procès, Culpabilité, Films de 1956
Pays de production
États-Unis
Durée
1 h 20 min
Résumé
Tom Garrett, ancien journaliste devenu écrivain, cherche l'inspiration pour un second roman qui doit confirmer le succès du premier. Austin Spencer, son futur beau-père et patron de presse, cherche à réaliser un coup d'éclat médiatique pour décrédibiliser la peine de mort contre laquelle il s'est engagé publiquement. Spencer va proposer à Garrett de jouer le coupable dans l'affaire du meurtre d'une jeune femme, en inventant à deux des preuves accablantes, puis de laisser la machine judiciaire s'emballer jusqu'à la condamnation à mort, avant de révéler au grand jour le stratagème. Stratagème qui donnerait par ailleurs la matière d'un bon livre...
IMDB

Mon avis

C’est l’ultime réalisation de Fritz Lang aux États-Unis avant son retour en Allemagne où il signera Le Tigre du Bengale, Le Tombeau hindou et Le Diabolique Docteur Mabuse (les trois derniers films de sa filmographie). On y retrouve son goût pour les complots et les jeux de manipulation, son sens de la fatalité qui va de pair avec un pessimisme indécrottable sur la nature humaine. Il est en effet question ici, sans trop en dire, du détournement d’une noble cause (la lutte contre la peine de mort). Le scénario, retors à souhait, est une mécanique narrative aussi ingénieuse que surprenante, tout en twists. Il y en a probablement trop dans ce film court qui donne l’impression de manquer d’un peu de matière dans ses développements. Mais le résultat est d’une redoutable efficacité : tendu et captivant. La fond de cette histoire, servi par une mise en scène et un montage « à l’os », suffisait largement en termes d’impact sans qu’il soit besoin de l’accompagner d’une musique tonitruante, qui appuie malheureusement sur tout. Au final, cette Invraisemblable Vérité n’est certainement pas la plus subtile des œuvres du cinéaste, mais certainement la plus « renversante » !

Frédéric Viaux (film vu le 02/08/1996, revu le 06/12/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.