La Belle Époque

La Belle Époque

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
La Belle Époque
Titre en VO
La Belle Époque
Année (copyright)
2019
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Nicolas Bedos, Acteurs, Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Guillaume Canet, Doria Tillier, Pierre Arditi, Denis Podalydès, Michaël Cohen, Jeanne Arènes, Bertrand Poncet, Bruno Raffaelli
Genre(s)
Comédie dramatique
Thématiques
Couples en crise, Dessinateurs, Psys, Tradition/modernité, Mises en abyme, Personnages réalisateurs - metteurs en scène, Personnages acteurs, Voyages dans le temps, Films de 2019
Pays de production
France
Durée
1 h 55 min
Résumé
Victor, peu intéressé et dépassé par le monde moderne, se voit offrir par son fils un sésame pour participer à une activité d'un genre nouveau : un voyage dans le temps, à l'époque de son choix, via une reconstitution historique et une mise en scène supervisées par Antoine, un bouillant entrepreneur. D'abord réticent, Victor accepte finalement de tenter l'aventure, alors qu'il est en rade à la suite d'une crise conjugale. Il décide de revenir 40 ans en arrière, le jour de sa rencontre avec celle qui allait devenir sa femme...
IMDB

Mon avis

Une originalité et une inventivité qui font plaisir à voir dans le cinéma français. Au scénario et à la réalisation, Nicolas Bedos jongle habilement entre comédie aux répliques drôles et mordantes, développement romanesque et fibre sentimentale, en revisitant le thème du voyage dans le temps par le biais de la création audiovisuelle (envisagée à la fois comme un enchantement magique et comme un délire mégalo). Le résultat oscille ainsi entre hommage au 7e art et ironie caustique, quelque part entre After Life de Hirokazu Kore-eda et The Truman Show de Peter Weir, tout cela à la sauce française. Les mises en abyme sont intelligemment gérées par la mise en scène, enlevée, et par le montage, alerte. Les textes sont bien écrits, servis par un bon quatuor d’acteurs (Auteuil, Ardant, Canet et Tillier). On peut juste regretter que toutes ces qualités soient parfois poussées à l’excès : le début du film est « trop écrit », un peu artificiel et caricatural dans son opposition « tradition/modernité » ; sur la fin, on frise le trop-plein en termes romanesques et romantiques ; on frise aussi l’hystérie concernant l’histoire d’amour entre les personnages de Guillaume Canet et Doria Tillier. Bref, il y a ici et là un peu de zèle gentiment agaçant, mais l’ensemble demeure intelligent et réjouissant.

César 2020 de la meilleure actrice dans un second rôle (Fanny Ardant), du meilleur scénario original et des meilleurs décors.

Frédéric Viaux (film vu le 26/11/2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *