Solaris

Solaris

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Solaris
Titre en VO
Solaris
Année (copyright)
2002
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Steven Soderbergh, Acteurs, George Clooney, Natascha McElhone, Jeremy Davies, Viola Davis, Ulrich Tukur, John Cho, Morgan Rusler
Genre(s)
Science-fiction, Drame, Amour
Thématiques
Sur une autre planète, Paranoïa, Pulsions suicidaires, Amour au-delà de la mort, Titres en latin, Classiques de la littérature de SF, Films de 2002
Pays de production
États-Unis
Durée
1 h 30 min
Résumé
Une station spatiale en orbite autour de la planète Solaris ne répond plus. Le docteur Kelvin est envoyé dans l'espace pour expliquer cette situation et ramener d'éventuels survivants sur la Terre. À son arrivée, il ne remarque aucun problème matériel mais prend connaissance d'un suicide et note le comportement paranoïaque de certains membres de l'équipage. Peu à peu, d'étranges phénomènes se produisent. La femme de Kelvin, morte dix plus tôt, réapparaît à ses côtés...
IMDB

Mon avis

À la base, il y a le livre éponyme de Stanislaw Lem, classique de la SF, qui a déjà été adapté par Tarkovski en 1972 : une adaptation assez fidèle et plutôt axée sur la réflexion scientifique, spirituelle, philosophique (la prétention des hommes au savoir, les limites de leurs connaissances, l’opposition entre raison et émotion…). Soderbergh a délaissé quant à lui la dimension métaphysique du roman pour se concentrer sur le mystère de la relation amoureuse, le pouvoir du souvenir, l’idée d’une deuxième chance, d’un amour éternel. Ce film est moins complexe, moins profond que la version de Tarkovski, mais pas moins troublant. Sublime mise en scène, tout en clair-obscur, qui plonge dans les méandres de la conscience et de l’inconscient. Subtil scénario qui dévoile peu à peu le passé pour mieux appréhender l’inquiétante étrangeté du présent. Rythme lent, beauté envoûtante. Jusqu’à un dénouement différent de celui du livre, mais très beau et très mystérieux. Quant à George Clooney, il a l’air aussi perdu dans ce film que son personnage dans l’espace. Ça lui donne quelque chose d’évanescent et de touchant, une facette qu’on ne lui avait pas vue auparavant.

Frédéric Viaux (film vu le 10/03/2007)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *