Brazil

Brazil

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Brazil
Titre en VO
Brazil
Année (copyright)
1985
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Terry Gilliam, Acteurs, Jonathan Pryce, Kim Greist, Katherine Helmond, Robert De Niro, Michael Palin, Ian Holm, Bob Hoskins, Peter Vaughan, Jim Broadbent, Barbara Hicks, Ian Richardson
Genre(s)
Comédie dramatique, Science-fiction, Fantastique
Thématiques
Anticipation, Régimes autoritaires, Monde du travail et de l'entreprise, Industrialisation, Kafkaïen, Orwellien, Entre rêve et réalité, Chirurgie esthétique, Terrorisme, Humour noir, Films de 1985
Pays de production
Royaume-Uni,  États-Unis
Durée
2 h 05 min
Résumé
"Quelque part au XXe siècle". La nuit, Sam Lowry se rêve en Icare, amoureux d'une blonde éthérée. Le jour, il mène une vie de fonctionnaire lambda dans le département des Archives du ministère de l'Information. Sam ne cherche aucune promotion, au grand dam de sa mère. Pourtant, à la suite d'une erreur administrative puis de la rencontre au grand jour de la belle de ses nuits, Sam va changer de perspective et aller au devant des dangers.
IMDB

Mon avis

Ex-membre des Monty Python, Terry Gilliam avait déjà tourné deux films en solo, Jabberwocky et Bandits Bandits, avant de réaliser Brazil. Son chef-d’œuvre. C’est une formidable dystopie (coécrite avec le dramaturge Tom Stoppard) à la croisée des univers d’Orwell, de Kafka et des Monty Python. Gilliam avait d’ailleurs pensé intituler son film “1984 1/2″… Le pauvre héros de cette aventure (interprété par l’excellent Jonathan Pryce) évolue entre rêve et réalité cauchemardesque, dans un monde ultra-surveillé, soumis à une bureaucratie terrible. Un monde croqué avec un humour absurde, surréaliste et noir, très noir au final. Le foisonnement thématique, autour du totalitarisme, des inepties administratives, du machinisme infernal, de la négation de l’humain ou encore des excès de la chirurgie esthétique, s’accompagne d’un hallucinant foisonnement visuel. Décors, réalisation et montage témoignent à la fois d’une inventivité folle et d’une science très précise, très structurée. Et puis il y a ce choix génialement décalé du leitmotiv musical : cette chanson interprétée par Ary Barroso dans les années 1930, Brazil, qui donne finalement son titre au film, et qui accompagne les moments oniriques, seuls échappatoires dans un monde de brutes et de fous. Inoubliable.
À noter le petit rôle de Robert De Niro en ingénieur chauffagiste et terroriste (!).

Frédéric Viaux (film vu le 11/10/1998, revu le 29/04/2020)

Photo et bande-annonce

Votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *