Coupez !

Coupez !

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Coupez !
Titre en VO
Coupez !
Année (copyright)
2021
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Michel Hazanavicius, Acteurs, Romain Duris, Bérénice Bejo, Finnegan Oldfield, Matilda Lutz, Grégory Gadebois, Sébastien Chassagne, Raphaël Quenard, Lyes Salem, Simone Hazanavicius, Jean-Pascal Zadi, Luàna Bajrami, Yoshiko Takehara, Yumi Narita, Quentin Dupieux
Genre(s)
Comédie
Thématiques
Zombies - morts-vivants, Pastiches, Parodies, Mises en abyme, Personnages réalisateurs - metteurs en scène, Personnages producteurs (cinéma - TV - théâtre), Personnages acteurs, Trash, Compositeur Alexandre Desplat, Films de 2021
Pays de production
France
Durée
1 h 50 min
Résumé
C'est l'histoire du tournage d'un film sur le tournage d'un film de zombies, film de 30 minutes diffusé en direct, en un seul plan-séquence, sur une plateforme vidéo baptisée Z, dédiée à la série B. Au cœur du projet, Rémi, anonyme réalisateur de films d'entreprise et de reconstitutions pour la télévision, a été choisi par une productrice japonaise pour sa réputation d'efficacité, ses tarifs bon marché et ses résultats dans la moyenne...
IMDB

Mon avis

Remake d’un film japonais, Ne coupez pas ! La première partie de l’histoire (qui paraît un peu longue et répétitive, avant que l’on ne découvre la structure narrative d’ensemble) est une parodie de film de zombie, un pastiche de nanar, avec une réalisation approximative, des acteurs dépassés, des effets visuels artisanaux… C’est amusant et drôle. Mais c’est surtout dans ses deuxième et troisième parties (flash back sur la préparation du film puis sur son tournage) que le récit trouve sa profondeur et son intelligence, dans un dispositif de mises en abyme aussi malin que réjouissant. Un petit jeu de déconstruction bien construit, pimenté par un sens de l’humour potache et absurde – dans les situations comme dans les dialogues – qui fait souvent mouche. Petit jeu tout empreint, également, d’une forme d’hommage trash à cette aventure collective qu’est le cinéma, à l’énergie et à l’inventivité des faiseurs de films avec deux bouts de ficelle, à tous les descendants d’Ed Wood… Entre dérision et tendresse.

Musique : Alexandre Desplat.

Frédéric Viaux (film vu le 22/05/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *