Duel

Duel

Mon avis

Initialement créé pour la télévision, ce film a connu ensuite une sortie en salles et est ainsi devenu le premier long-métrage de cinéma de Steven Spielberg. Le scénario est signé Richard Matheson (Je suis une légende, L’Homme qui rétrécit…) d’après l’une de ses nouvelles. Scénario minimaliste et percutant : un automobiliste lambda est pris en chasse, sans raison, par un gros camion-citerne, sur les routes du désert californien. Folle course-poursuite. L’absurdité et l’effroi. Un pur cauchemar, le temps d’une journée (de merde). Le schéma narratif joue sur les peurs archaïques, sur le thème de la lutte pour la survie, face à une menace monstrueuse. Schéma que reproduira Spielberg quelques années plus tard dans Les Dents de la mer, avec un requin à la place du gros camion. Ce canevas basique offre au jeune cinéaste d’alors un formidable terrain de jeu pour ses expérimentations stylistiques. Et on peut dire que cet exercice de style est sacrément réussi côté réalisation et côté montage. Alternance de caméra subjective et objective, angles de vue variés, grand sens de l’espace et du rythme, découpage précis. Bref, un suspense joliment maîtrisé sur le plan technique. Avec, en prime, une personnification étonnante du camion, animal de métal vrombissant et oppressant, puissance roulante et sadique. Seule la voix-off du conducteur de la voiture (Dennis Weaver) ne paraissait pas nécessaire. L’expressivité visuelle et sonore suffisait.
Tournage en 16 jours (!). Mouvance Nouvel Hollywood.

Frédéric Viaux (film vu le 01/08/1996, revu le 03/07/2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *