Il était une fois en Amérique

Once Upon a Time in America

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Il était une fois en Amérique
Titre en VO
Once Upon a Time in America
Année (copyright)
1984
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Sergio Leone, Acteurs, Robert De Niro, James Woods, Elizabeth McGovern, William Forsythe, James Hayden, Larry Rapp, Tuesday Weld, Darlanne Fluegel, Treat Williams, Joe Pesci, Burt Young, Danny Aiello, Richard Bright, Amy Ryder, Scott Tiler, Rusty Jacobs, Adrian Curran, Brian Bloom, Mike Monetti, Jennifer Connelly, James Russo
Genre(s)
Drame, Policier / Crime
Thématiques
Amitié (films de copains-copines), Adolescents, Gangsters, Mafias, Corruptions, New York, Communautés juives, Prohibition, De l'usage des drogues, Violences sexuelles, C’était leur dernier long-métrage, Compositeur Ennio Morricone, Films de 1984
Pays de production
États-Unis,  Italie
Durée
3 h 40 min
Résumé
L'histoire d'une bande d'ados d'un quartier juif de New York. Leur trajectoire, de petits voyous à gangsters accomplis, du début du 20e siècle jusqu'à la fin des années 1960.
IMDB

Mon avis

Après la conquête de l’Ouest, Sergio Leone continuait à revisiter les mythes américains : l’expansion des villes, la Prohibition, le gangstérisme… Il était une fois en Amérique tient à la fois de la fresque historique, sur une cinquantaine d’années, et de la fresque intimiste, avec ce portrait d’un groupe de copains, ce tableau de leurs unions et désunions.
On retrouve là une quintessence du style du réalisateur et une certaine idée du cinéma, ample et virtuose. Sergio Leone s’est offert une dimension romanesque comme on n’en voit plus beaucoup : étirement de la durée (sur près de 4 heures toujours captivantes), décors monumentaux avec un grand luxe de détails, scénario déployé en allées et venues dans le temps, épaisseur des personnages, richesse et variété de la gamme d’actions, de dialogues et d’émotions… Tout cela embrassé par une mise en scène d’une maîtrise et d’une classe exceptionnelles, par des compositions de plans parfaites, par une lumière et des couleurs sépia superbes. Sans oublier le casting, étoffé et de qualité, au sommet duquel trônent Robert De Niro et James Woods, royaux. Casting qui possède une autre qualité, rare, celle d’une cohérence physique assez confondante entre les acteurs interprétant le même personnage à des âges différents.
Une telle production a été un gouffre financier que l’exploitation en salles – un échec aux États-Unis – n’a pas comblé. À l’époque, le film a été critiqué, notamment, pour l’image qu’il donnait de la communauté juive et pour l’expression de la violence faite aux personnages féminins, dont on peut regretter effectivement la banalisation, même s’il y a ici une banalisation plus large de toute violence, inscrite dans un contexte particulièrement violent. Il était une fois en Amérique n’en a pas moins traversé le temps avec une aura méritée de classique du cinéma. Classique dont il est par ailleurs intéressant d’envisager le sous-texte homosexuel (dans la relation entre les deux personnages principaux) et d’analyser la profonde nostalgie. Nostalgie d’une époque révolue ? Nostalgie d’un certain cinéma en voie de disparition ? Prémices d’un chant du cygne pour le réalisateur ? Leone mourra cinq ans plus tard, en 1989, sans avoir pu faire aboutir un nouveau projet sur le siège de Stalingrad lors de la Seconde Guerre mondiale. Voilà qui fait donc de ce film-opéra son ultime long-métrage et lui confère une certaine valeur crépusculaire et testamentaire.
Musique : Ennio Morricone, évidemment. Et quelle musique…
À noter enfin le premier rôle au cinéma de Jennifer Connelly.

Frédéric Viaux (film vu le 15/04/1995, revu le 11/04/2020)

Votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *