Le Sommet des dieux

Le Sommet des dieux

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Le Sommet des dieux
Titre en VO
Le Sommet des dieux
Année (copyright)
2021
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Patrick Imbert, Voix en VO, Damien Boisseau, Éric Herson-Macarel, Lazare Herson-Macarel, Elisabeth Ventura, Kylian Rehlinger, François Dunoyer, Philippe Vincent, Luc Bernard
Genre(s)
Animation, Action / Aventure, Drame
Thématiques
Adaptations de BD, À la montagne, Obsessions, Solitude, Journalistes et médias, Photographes et photographies, Films de 2021
Pays de production
France,  Luxembourg
Durée
1 h 30 min
Résumé
Photoreporter spécialisé dans les clichés de haute montagne, Fukamachi se fait accoster, un soir, dans un bar de Katmandu, par un inconnu. Ce dernier cherche à lui vendre un vieil appareil photo ayant appartenu, selon lui, à George Mallory, un alpiniste britannique disparu en 1924 alors qu'il tentait l'ascension de l'Everest. Fukamachi congédie l'inconnu, puis se ravise et retrouve l'homme dans une ruelle, malmené par un gaillard qui récupère l'appareil photo. Fukamachi croit alors reconnaître Habu Jôji, un ancien espoir de l'alpinisme japonais...
IMDB

Mon avis

C’est l’adaptation du manga éponyme de Taniguchi et Yumemakura, manga-fleuve ici intelligemment élagué et joliment animé. Sur le fond, on trouve un mélange très prenant d’enquêtes (deux menées en parallèle, qui se rejoignent), d’actions parfois bien chargées en adrénaline, de drames et de méditations aux accents existentiels (sur le besoin humain, irrépressible et obsessionnel, de se dépasser, d’aller toujours plus haut). La narration est simple et intense. Côté dessin, et plus précisément côté personnages, le réalisateur Patrick Imbert a gardé une certaine épure propre au style de Taniguchi, en l’amenant vers une ligne claire plus européenne. C’est réussi. Mais ce sont surtout les paysages montagneux qui marquent par leur beauté réaliste. Et côté animation, c’est d’une fluidité remarquable qui concourt, avec un travail du son tout aussi remarquable, à la qualité immersive du film. L’ensemble est humainement et esthétiquement fort. Sans esbroufe.

Frédéric Viaux (film vu le 29/09/2021)

Photo et bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *