Memoria

Memoria

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Memoria
Titre en VO
Memoria
Année (copyright)
2021
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Apichatpong Weerasethakul, Acteurs, Tilda Swinton, Elkin Díaz, Juan Pablo Urrego, Jeanne Balibar, Agnes Brekke, Daniel Giménez Cacho
Genre(s)
Drame, Expérimental
Thématiques
Regards sur la Colombie, Objets filmiques non identifiés, On n'y comprend pas grand-chose, Obsessions, Métaphysique, Extraterrestres gentils, Films de 2021
Pays de production
Colombie,  Thaïlande,  France,  Allemagne,  Mexique,  Qatar,  Royaume-Uni,  Chine,  Suisse
Durée
2 h 15 min
Résumé
Jessica, une États-unienne vivant en Colombie, est réveillée un matin par une détonation inouïe. Cette détonation se fera de nouveau entendre, à ses seules oreilles, les jours suivants. Tout en vacant à ses occupations quotidiennes, Jessica s'intéresse de plus en plus à ce son qui la laisse dans un état de sidération...
IMDB

Mon avis

En quittant la Thaïlande pour tourner en Colombie, Apichatpong Weerasethakul n’a pas laissé derrière lui son cinéma si singulier. Il continue, en d’autres lieux, à creuser son sillon artistique. Mystère, lenteur, contemplation. La première moitié de Memoria est peut-être plus « narrative » qu’à l’accoutumée. Étrange, certes, doucement surréaliste, mais avec un je sais quoi qui capte davantage l’attention. La séquence avec l’ingénieur du son est étonnamment passionnante. On avance dans un récit « façon puzzle ». On n’y comprend pas grand-chose, comme le personnage principal. Mais on avance agréablement. Et le temps semble se diluer. Des tableaux d’une grande beauté statique ont un pouvoir quasi hypnotique. L’aventure sensorielle se double d’une réflexion sur la mémoire. La poésie se conjugue à une forme de méditation métaphysique où l’on se perd encore un peu plus, entre développements extatiques et développements soporifiques, entre rêverie les yeux ouverts et rêverie les yeux fermés. Un bang. Le Big Bang. Des extraterrestres. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Le cinéma expérimental du réalisateur thaïlandais est toujours un défi à l’attention constante, mais, dans un registre associant le sibyllin et le zen, c’est assez inouï.

Prix du Jury au festival de Cannes 2021.

Frédéric Viaux (film vu le 03/12/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *