Drive My Car

Doraibu mai kâ

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Drive My Car
Titre en VO
Doraibu mai kâ
Année (copyright)
2021
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Ryusuke Hamaguchi, Acteurs, Hidetoshi Nishijima, Tôko Miura, Masaki Okada, Reika Kirishima, Park Yurim, Jin Daeyeon, Sonia Yuan
Genre(s)
Drame
Thématiques
D'après Haruki Murakami, Récits croisés, Personnages réalisateurs - metteurs en scène, Personnages acteurs, Personnages scénaristes, Sur scène, Mises en abyme, Adultères, Let's talk about sex, Deuils, Culpabilité, Chauffeurs (privés - routiers - bus - taxi...), Voitures, Road-Movies, Films de 2021
Pays de production
Japon
Durée
3 h 00 min
Résumé
Yûsuke est metteur en scène et acteur de théâtre. Oto, son épouse, est scénariste pour la télévision. C'est un couple soudé, qui s'aime, qui se le dit. Mais Yûsuke découvre par hasard l'infidélité d'Oto. Il en est bouleversé. Il se tait. Il craint de perdre sa compagne, jusqu'au jour où un drame les sépare définitivement. Deux ans plus tard, Yûsuke accepte une résidence à Hiroshima pour monter Oncle Vania, de Tchekhov, lors d'un festival. Parmi les comédiens aspirant à un rôle sur scène, il retrouve l'amant de sa femme. Il fait par ailleurs la connaissance d'une jeune femme que l'administration du festival lui a imposée pour conduire sa voiture...
IMDB

Mon avis

L’amour et la fidélité, le deuil et la culpabilité, la difficile voire impossible compréhension de l’autre, l’introspection et l’ouverture, l’art et la vie… Grande richesse thématique pour ce nouveau film de Ryusuke Hamaguchi (Senses, Asako…). On y retrouve avec plaisir la patte du réalisateur : douceur et finesse, exploration précise – sur un temps long permettant la subtilité et la profondeur – de la psyché et des émotions des personnages, de leurs relations… On y retrouve aussi, avec non moins de plaisir, le style de l’écrivain Haruki Murakami (dont une nouvelle a donné la matière première du film) : foisonnement imaginaire et romanesque, goût du mystère, plaisir de le sonder…  Il y a ici quatre personnages principaux, donnant lieu à quatre beaux portraits nourris de récits qui se croisent, quatre histoires principales – porteuses d’autres histoires plus petites – qui sont confrontées par ailleurs au drame d’Oncle Vania, la pièce de Tchekhov, dont la mise en scène s’élabore au cours du film, en fil rouge. Plusieurs fils narratifs s’entremêlent, donc, pour un scénario-canevas intelligemment tissé où chaque motif fait sens à plusieurs niveaux dans un jeu de mise en abyme, de miroir ou de transfert entre les personnages et les multiples histoires. Ce film, au-delà de ses problématiques humaines, est ainsi un vibrant hommage à l’art de raconter – raconter la réalité, raconter des fictions – pour mieux appréhender la vie, vivre avec son passé, s’inscrire au présent, se projeter dans l’avenir. On parle donc beaucoup dans ce film. Et souvent à bord d’une voiture, véhicule d’expression et d’empathie, dont les différents trajets épousent symboliquement les différentes trajectoires de vie des personnages. Ce road-movie comporte quelques scènes mémorables en termes de réflexion et d’émotion, d’étrangeté et de grâce, magnifiquement limpides, faisant oublier quelques petites longueurs. Parmi les pépites du scénario : le rapprochement savoureux entre orgasme et inspiration créatrice…

Festival de Cannes 2021 : Prix du scénario, Prix du jury œcuménique, Prix Fipresci (presse internationale).

Frédéric Viaux (film vu le 25/08/2021)

Photo et bande-annonce

Commentaires 1

  1. Bruno Lomenech

    Très impressionnant, comme un delta de sens.
    Et comme certains films, des images indélébiles…

    Simples et multiples.

    Le plaisir vaste et serré de suivre trois heures des personnages tout en retenue, tout en écoute… Et de toucher le flot, le courant peut-être qui traverse leur vie.

    Les voix ne se brisent pas, elles explorent, elles façonnent ensemble.

    Et quel paysage théâtral que cette interprétation “muette” de passages d’Oncle Vania… On ne plus parlante car ouverte aux mots, à l’autre, au partenaire.

    Une voix dans le cinéma qui va infuser mes rêveries.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *