Saint Omer

Saint Omer

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
Saint Omer
Titre en VO
Saint Omer
Année (copyright)
2022
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisatrice Alice Diop, Acteurs, Kayije Kagame, Guslagie Malanga, Valérie Dréville, Aurélia Petit, Xavier Maly, Salimata Kamate, Robert Cantarella, Thomas De Pourquery
Genre(s)
Drame
Thématiques
Enseignants - professeurs, Écrivains (romanciers - dramaturges - poètes), Procès, Juges, Avocats, Infanticides (ou tentatives), Mythomanes, Relations entre mères et filles, Grossesses ou accouchements compliqués, Chroniques du racisme ordinaire, Films de 2022
Pays de production
France
Durée
2 h 00 min
Résumé
Professeure de littérature, écrivaine, Rama se rend à Saint-Omer pour assister au procès de Laurence Coly, une jeune femme infanticide, et ainsi documenter son prochain roman. Au fil des jours d'audience, les différents témoignages autour de ce drame vont la toucher dans son intimité, tourmenter son rapport à la maternité, bouleverser son approche du lien filial.
IMDB

Mon avis

Intensité dramatique, dialogues de grande qualité, thématiques riches et profondes pour ce film qui va bien au-delà du simple récit d’un fait divers et de son procès. Alice Diop, qui vient du documentaire, pose un cadre formel fondé sur l’épure et la distance. Pour évoquer l’histoire de l’accusée, elle refuse de s’aventurer sur le terrain de la reconstitution ou de l’immersion émotionnelle, même si l’émotion finit par jaillir vers la fin, frontalement, puissamment, lors de la plaidoirie de l’avocate. Dans le petit théâtre minimaliste d’une salle d’audience, la réalisatrice expose, laisse voir, laisse entendre, sans juger, mais en offrant son regard, son oreille. Éloquence passionnante. Il y a beaucoup d’intelligence dans la mise en scène, la mise en mots, la mise en silences, pour sonder de multiples mystères autour d’un parcours de vie, autour de la question de la maternité et de l’infanticide, du troublant pouvoir de donner à la fois la vie et la mort. Le portrait tragique de cette Médée moderne, noire, est abordé dans toute sa complexité, sans prétendre saisir l’insaisissable. Il est question d’éducation et de pression, d’ambition et d’humiliation sociales – sur fond de racisme ordinaire ou de relents post-coloniaux –, d’orgueil et de colère, de vérités et de mensonges, de solitude et d’isolement, d’intelligence et de délire. Le portrait donne aussi à ressentir une humanité et une monstruosité des abysses, quand une mère laisse son enfant à la mer… Ce pan de l’histoire, sourdement déchirant, est la grande réussite du film. L’autre pan, c’est le contrepoint avec le personnage de l’écrivaine. Autre point de vue. Jeu de miroir, de résonances entre les deux femmes, habilement déployé pour élargir le champ de réflexion sur les liens filiaux et plus précisément les relations mères-filles. Sur ce pan, la fibre est plus émotionnelle, viscérale, et le dispositif s’avère intéressant, même s’il y a quelques répétitions et même si, en voulant boucler la boucle, la réalisatrice tarde à conclure. Pourquoi ne pas avoir terminé le film sur les vues de Saint-Omer et la chanson de Nina Simone ? C’eût été parfait. Petit regret qui n’enlève rien à la conviction d’avoir affaire à du très bon cinéma.

Lion d’argent au festival de Venise 2022. Prix Jean-Vigo 2022.

Frédéric Viaux (film vu le 28/11/2022)

Photo et bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *