The Card Counter

The Card Counter

  • La piste aux étoiles

Fiche technique

Titre en VF
The Card Counter
Titre en VO
The Card Counter
Année (copyright)
2021
Réalisateur(s) et acteurs principaux
Réalisateur Paul Schrader, Acteurs, Oscar Isaac, Tiffany Haddish, Tye Sheridan, Willem Dafoe, Alexander Babara
Genre(s)
Drame, Thriller
Thématiques
Jeux d'argent - rien ne va plus, Obsessions, Culpabilité, Rédemptions, Armée US, Tortures, Prisons, Vengeances, Films de 2021
Pays de production
États-Unis,  Royaume-Uni,  Chine
Durée
1 h 50 min
Résumé
Joueur de poker et de blackjack, William Tell écume les casinos des États-Unis. Solitaire, taciturne, il suit une routine obsessionnelle et fait preuve d'une méthode particulièrement efficace, en comptant les cartes. Il gagne, sans jamais voir trop grand. La discrétion incarnée. Au hasard d'une conférence dans un casino, sur le thème de la sécurité, il retrouve un ancien commandant de l'armée US sous les ordres duquel il a humilié et torturé des hommes soupçonnés de terrorisme. Irak, prison d'Abou Ghraib.
IMDB

Mon avis

La culpabilité et la mauvaise conscience d’un homme, camouflées sous une pratique de jeux d’argent monomaniaque. Un scandale national, mis un peu vite sous le tapis. Horreurs et traumatismes. Bouc-émissaires et victimes collatérales. Injustice et désir de vengeance. Expiation et rédemption. En revenant sur les atrocités commises par l’armée US dans la prison iraquienne d’Abu Ghraib, Paul Schrader développe un scénario dur et sec, qui essaime dans ces multiples directions. Toutes aussi impactantes les unes que les autres. L’évocation du monde du jeu est l’arbre qui cache une forêt sombre d’où sortent deux personnages ravagés : un ex-GI devenu joueur professionnel et un jeune homme orphelin d’un père soldat, suicidé. Le premier va prendre le second sous son aile. Il y avait un énorme potentiel dramatique dans cette relation, concrétisé honnêtement, mais partiellement, à cause d’une caractérisation un peu faible du jeune homme et d’un manque de scènes évoquant son évolution. L’histoire reste néanmoins forte, mise en images avec une sobre intensité et une froideur nerveuse qui sont aussi les qualités du jeu d’Oscar Isaac, excellent. Par peur de trop de noirceur, peut-être, Schrader a accentué l’importance du troisième personnage central du récit, personnage féminin qui amène un peu de douceur, de tendresse et d’amour dans cet univers plombé. Une importance jusque dans la scène finale, assez convenue, qui laisse une pointe de regret en termes d’aboutissement, sans remettre en cause pour autant l’efficacité de l’ensemble.

Frédéric Viaux (film vu le 06/01/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.